Sous le même toit – Chapitre 67

– Waouh ! On dirait pas, mais elle a du goût ta copine !

Nathalie donna une tape sur le bras d’Eloïse en lui faisant les gros yeux.

– Quoi ? C’était un compliment. Répondit la jeune fille en lui rendant le bracelet en argent offert par Laure.

– Alors pourquoi tu as l’air si étonnée ? Demanda Nathalie sur un ton de reproche tout en remettant son présent à son poignet.

– Bah franchement, quand tu vois son look …

La blondinette ne termina pas sa phrase en croisant le regard noir de son amie et leva une main pour signifier qu’elle laissait tomber. Les deux adolescentes passaient l’après-midi au centre ville, c’était l’occasion de se raconter leurs vacances, pas de se disputer. Mais Nathalie ne lâcha pas l’affaire et répliqua :

– Quoi son look ? Elle s’habille simplement, c’est tout !

Eloïse soupira.

– Simple, c’est pas le problème.

– Ah oui, et c’est quoi le problème d’après toi ? Demanda Nathalie qui commençait à vraiment s’agacer.

– Ben elle est tout le temps habillée pareil. Tee-shirt et jean ! Et puis c’est toujours les mêmes qui reviennent. Et en plus elle ne sait pas les accorder au mieux pour se mettre en valeur.

Nathalie était d’accord sur le fait qu’elle ne se mettait pas en valeur. Mais cela ne la dérangeait pas, elle voyait sa beauté à travers cela. Et les critiques de sa meilleure amie sur sa petite amie l’énervaient.

– Et qu’est ce que ça peut te foutre ?

– Oh à moi rien, c’est pas moi qui sort avec elle. Mais bon, à ta place, moi je lui aurais donné des conseils vestimentaires.

– Mais t’es pas moi, et je n’ai pas honte de m’afficher avec elle ! Alors je vais pas la transformer juste pour que mademoiselle la fashion victime soit contente ! Si ça te dérange tant que ça, t’as qu’à pas la regarder !

– Oulà, du calme Nat !

– Arrête de critiquer Laure si tu veux que je me calme !

– Hé, je la critique pas. Je l’aime bien Laure. Elle est gentille et tout, mais … je dis juste que côté fringues, elle est pas très douée. C’est bon, c’est quand même pas un crime de dire ça.

– Non …

Le silence se fit entre les deux amies qui marchaient en regardant les vitrines des magasins.

– Après tout, comme ça tu es sûre de la garder pour toi. T’es maligne en fait ! S’exclama Eloïse, l’air malicieux.

– De quoi tu parles ? Grommela Nathalie.

– Du fait que tu ne fasses rien pour changer son look. Parce que si tu l’aidais à se mettre en valeur, peut-être que quelqu’un pourrait te la piquer. Alors que comme ça, personne ne la regarde, c’est pratique.

Nathalie s’arrêta de marcher, regardant son amie avec méfiance.

– T’es sérieuse là ?

– Mais non, je plaisante voyons ! Je sais bien que t’es pas mesquine à ce point. Pff, mais quand on parle de Laure, t’as vraiment plus aucun humour.

– T’as un humour douteux …

– Si tu le dis …

Le silence se réinstalla, gênant. La blondinette le rompit à nouveau.

– Bon, je m’excuse d’avoir osé donner mon avis sur les goûts de Laure. Après tout, les goûts et les couleurs, hein … Maintenant, si tu veux bien arrêter de tirer la tronche, parce que là, c’est vraiment pas marrant.

Nathalie ne réagit pas d’abord, puis offrit un petit sourire contrit à sa meilleure amie.

– Désolée. C’est moi qui ai mal réagi.

 

– En effet. Mais bon, changeons de sujet maintenant, on a assez parlé de Laure comme ça. Racontes moi tes vacances plutôt !

– Je l’ai déjà fait. Lui rappela la jeune fille.

– Pas assez en détails.

 

– Il va pas disparaître comme par magie, tu sais ?

Eloïse avait dit cela en roulant des yeux, d’un air faussement blasé.

– De quoi ?

– Ton bracelet ! Tu l’admires toutes les trente secondes.

Nathalie sourit.

– Et voilà que tu prends ton air niais maintenant !

– J’ai pas d’air niais ! S’offusqua la jeune fille.

 

– Oh que si ! Tu l’as à chaque fois que tu rêves à ta miss parfaite.

– Non ! … C’est faux !

– C’est vrai. Et tu le sais ! Déclara la blondinette en rigolant.

Nathalie secouait la tête, refusant d’admettre.

– Et c’est pas marrant pour moi en plus. Non seulement je me ballade avec une fille à l’air niais, mais en plus ma meilleure amie qui est censée passer du temps avec moi ne fait que penser à son amoureuse !

– Mais non, je pense pas qu’à elle. La preuve, j’ai tout écouté de ton histoire de guerre avec ton frangin ! Déclara Nathalie en passant un bras autour des épaules de son amie.

– Ouais, ben j’attends toujours que tu me donnes des idées de vengeance !

– Laisse-moi le temps d’y réfléchir ! Mais d’abord, j’ai pas l’air niais, j’ai juste l’air amoureuse !

– C’est pareil.

– Non, c’est pas pareil et j’y tiens !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *