Sous le même toit – Chapitre 65

Laure tournait en rond dans sa chambre comme un lion en cage. C’était le jour où Nathalie rentrait à la maison. Elle ne l’avait pas vu depuis ce qui lui semblait une éternité.

Lorsqu’elle entendit une voiture s’arrêter devant la maison, surement sa mère qui venait la déposer, elle dût se retenir pour ne pas se précipiter dehors. Collée à la porte de sa chambre, elle écoutait. Elle entendit Francis confirmer que c’était bien Nathalie qui était arrivée.

Et puis elle entendit la voix de Nathalie. Son cœur fit un triple salto dans sa poitrine et ses jambes avaient envie de sautiller sur place. Mais elle se força plutôt à prendre plusieurs longues inspirations. Puis, tranquillement, elle sortit de sa chambre.

Nathalie parlait avec enthousiasme de son voyage en Europe avec Francis et Estelle. Elle semblait vraiment contente. Laure s’avança dans les escaliers et découvrit sa petite-amie, changée après un mois, et encore plus magnifique.

La jeune fille avait une nouvelle coupe de cheveux, toujours courte mais avec une mèche rouge à gauche. Ses grosses lunettes de soleil étaient relevées sur sa tête. Elle portait un haut « en filet » sur un débardeur noir et un mini short qui dévoilait ses longues jambes bronzées. Levant la tête, elle aperçut Laure et un sourire éclatant éclaira la pièce.

– Salut ! Lança-t-elle.

– Salut. Répondit Laure, heureuse.

C’était comme s’il n’y avait plus qu’elles deux. Tout le reste était éclipsé. Leurs yeux ne se décrochaient plus. Laure eut l’impression que ce moment parfait avait duré un milliard d’années.

– Tu es venue écouter les récits de notre vacancière ?

La question rhétorique de Francis ramena l’adolescente sur terre.

– Oui. Répondit-elle en descendant les dernières marches.

Il semblait que les adultes présents n’avaient rien remarqué de ce qui venait de se passer entre les filles.

Laure et Nathalie durent réfréner leurs pulsions et agir comme deux personnes qui n’étaient guère proches comme le pensaient Francis et Estelle toute la journée. Mais étrangement, Laure ne ressentait pas tellement de frustration. C’était une bonne journée. Elle était heureuse de pouvoir admirer la beauté de sa petite-amie à nouveau, et entendre sa voix.

Et pour la première fois depuis qu’elle les connaissait, Nathalie et Francis semblaient s’entendre à merveille. Il n’y avait aucune tension entre eux, et ils ne cessaient de se taquiner gentiment. Francis prit même sa fille dans ses bras à deux reprises.

Nathalie passa la journée à raconter ses vacances. Laure en savait déjà beaucoup mais elle ne se lassait pas d’écouter la voix de sa petite-amie. De temps à autre, leurs regards s’accrochaient, se disant silencieusement tout ce qu’elles ressentaient.

Ce ne fut que la nuit, lorsque les parents furent couchés, que les deux amoureuses purent se retrouver.

– Tu m’as manqué. Dit Nathalie en refermant derrière elle la porte de la chambre de Laure.

– Tu m’as manqué aussi. Répondit l’adolescente, assise en tailleur sur son lit.

Nathalie sourit et avança lentement. Laure se leva et attendit. C’était comme si elles faisaient durer le plaisir de leurs retrouvailles.

Face à face, leurs lèvres se joignirent enfin. Nathalie serra sa miss parfaite dans ses bras et la souleva.

– Hé, arrête ça, tu vas te faire mal, je suis trop lourde pour toi. Protesta Laure.

La jeune fille obéit.

– C’est vrai, t’es lourde. Répondit-elle avec un sourire taquin.

Laure n’en tint pas compte et embrassa à nouveau Nathalie. Elle se sentait tellement bien à cet instant précis. Un sentiment de bien-être total l’avait envahit. Elle ne désirait rien de plus qu’être dans les bras de la femme dont elle était amoureuse.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *