Sous le même toit – Chapitre 62

Debout au milieu de sa chambre, Nathalie balayait la pièce de ses yeux avec un air concentré. Concentration qui fut interrompue lorsqu’on toqua à la porte.

– Oui ?

La porte s’ouvrit et Laure entra.

– Fini ? Demanda-t-elle.

– Presque.

Laure secoua légèrement la tête, mi-amusée, mi- désespérée.

– Quoi ?

– Tu as l’intention de revenir, n’est-ce pas ?

– Euh … oui. Pourquoi ? Interrogea Nathalie, ne voyant pas trop où sa petite-amie voulait en venir.

– Parce qu’on dirait que t’as pris toutes tes affaires avec toi.

– Hé ! J’ai pris que le nécessaire ! Protesta la jeune fille.

Elle n’avait pris que deux valises. Et elle avait même du faire un choix parce que tout ce qu’elle voulait emmener ne rentrait pas dans ses bagages.

– T’as vraiment besoin de tout ça ?!

– Ben oui ! Tout à fait !

– Non mais t’as pris combien de paires de chaussures là ?

– Cinq ! Des baskets pour si on marche beaucoup, des sandales pour la plage, des chaussures confortables et jolies, des chaussures classes, et une dernière paire qui va à peu près avec tout. C’est le minimum !

Laure leva les yeux au plafond, moqueuse.

– Le minimum, évidemment !

– Toi ça te va peut-être de mettre des baskets en toutes circonstances, mais je suis une vraie fille moi !

Laure resta bouche bée de surprise par la pique, Nathalie afficha un sourire victorieux.

– C’est méchant ça.

– C’est toi qu’as commencé ! Bon, tu m’aides à finir ?

Moins de vingt minutes plus tard, les valises étaient bouclées. Les deux jeunes filles se firent face en silence, se comprenant sans mots. Pour la première fois depuis qu’elles étaient ensemble, elles allaient être séparées pendant un mois. Nathalie savait que sa miss parfaite allait lui manquer énormément. Mais ce manque serait laissé de côté par des journées bien remplies avec sa mère dans plusieurs pays d’Europe. Le manque serait sans doute plus dur à vivre pour Laure qui resterait à la maison pendant ce mois.

– Viens là ! Murmura Nathalie en attirant sa copine dans ses bras.

Laure s’y blottit et vint chercher ses lèvres pour un doux baiser.

– Tu vas me manquer.

– Toi aussi tu vas me manquer. Mais ce ne sera pas si long.

– Un mois … soupira Laure.

– Juste un mois, et on sera ensemble.

– Oui …

– Je t’aime.

– Je t’aime aussi.

– Bon, ça va être l’heure de partir à la gare. Je devrais descendre avant qu’on vienne me chercher jusqu’ici.

Les adolescentes se détachèrent à regret. Nathalie empoigna une valise.

– Ouch, c’est lourd !

– C’est quoi ça ? Demanda Francis en appuyant sur le dernier mot.

Nathalie suivit ce que pointait son doigt et répondit avec évidence.

– Mes valises. Pourquoi ?

– Tu pars un mois, pas un an je te signale. T’as pas besoin de tout ça !

– Si, j’ai besoin de tout ce qu’il y a là-dedans !

– Mais t’as du prendre toute ta chambre là !

On me la déjà faite …

– Mais non. Répondit la jeune fille d’un air blasé.

Francis soupira et attrapa une des valises.

– Mais t’as mis quoi là dedans pour que ce soit aussi lourd ? Des rochers ou quoi ?

– Des vêtements, des chaussures, et des trucs de filles !

– Des trucs de filles ? C’est-à-dire ?

– Crèmes pour le corps, produits pour les cheveux, maquillages, bijoux, … ce genre de trucs quoi !

– Pff …

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *