C’était la fin – Chapitre 6

Jo rentra chez elle, épuisée après sa longue journée de travail. Elle avait repris le boulot quelques jours plus tôt. Un sourire s’installa sur son visage en sentant une bonne odeur provenant de la cuisine. Cela avait du bon d’avoir une colocataire.

– Bonne journée ?

– Fatigante. Comme d’hab. Et toi, tu as fait quoi aujourd’hui ?

– J’ai cherché du boulot. Et puis j’ai fait le ménage. Et ensuite je me suis posée devant la télé. Répondit Magalie en souriant.

– Tu n’es pas obligée de faire le ménage Mag.

– Puisque je vis chez toi, c’est normal que je participe. Et puis, toi tu bosses, moi j’ai rien à faire de mes journées. Faut bien que je me rende utile.

Jo hocha la tête. Elle savait que c’était dur pour sa meilleure amie d’être sans emploi.

– D’accord. Mais ne te sens pas obligée de tout faire. Pareil pour la cuisine d’ailleurs.

– Est-ce une façon de me dire que ma cuisine n’est pas bonne ?

Jo savait que Magalie n’était pas sérieuse. Elle la complimentait assez souvent sur les plats qu’elle préparait. Et le ton qu’avait pris la jeune femme ne trompait pas. Elle répondit sur le même ton.

– En fait, oui, c’est vraiment pas terrible.

– Hééé ! S’indigna Magalie.

– Et encore je suis gentille parce que c’est toi. Heureusement que j’ai pas l’estomac fragi…

Jo évita de justesse le coussin volant.

– Tu veux jouer à ça, hein ?

La jeune femme attrapa le coussin pour le balancer à son tour sur sa meilleure amie. Celle-ci avait déjà pris des munitions. Les coussins se mirent à voler dans le salon. Soudain, Jo se rua sur Mag pour la frapper avec son arme.

– C’est bon, je me rends, arrêtes !

Magalie était immobilisée par Jo assise sur elle et ne pouvait qu’essayer de se protéger la tête des coups de coussin qui pleuvaient sur sa tête.

– Joooo ! Pitié !

– Nan ! Pas envie !

– Joséphine ! Arrêtes ça tout de suite ! Ordonna Magalie.

La jeune femme s’arrêta et fixa sa meilleure amie.

– Pardon ?

– S’il-te-plait. Supplia la jeune femme tout en se retenant de ne pas rire.

– Tu as osé m’appeler par mon prénom entier ou j’ai rêvé ?

– Euh … tu as rêvé.

– Ben voyons ! Tu vas me le payer ça !

Jo se débarrassa de son coussin et ses doigts se précipitèrent sur les côtes de son amie.

– Nooooooooon ! Pas çaaaa !

– Bon, on devrait peut-être aller manger. Déclara Magalie.

– Ouais …

Jo ne bougea pas. Elle avait l’esprit ailleurs. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas vu sa meilleure amie comme cela. Joyeuse. Et cela lui faisait un bien fou de la revoir comme cela. Elle avait l’impression de la retrouver enfin. Mag n’était pas cette ombre si triste. Mag n’était pas non plus qu’une personne fragile et trop sensible, c’était surtout une femme drôle, joyeuse, taquine, adorable. Et cette Mag lui avait manqué.

– Euh … Jo ?

– Oui ?

– Il faut que tu te lèves sinon je ne peux pas bouger moi.

Après avoir chahuté un long moment, les deux jeunes femmes s’étaient effondrées dans le canapé, Jo allongée à moitié sur Magalie.

– Flemme de bouger. Et puis je suis bien là.

– Oh …

Jo se releva un peu pour regarder son amie qui semblait bizarre tout à coup. Ses yeux étaient fuyants. Elle semblait gênée.

– Mag, ça va ?

– Oui oui. Euh … manger ?

Jo n’était pas convaincue mais se leva sans commentaires. Magalie se précipita dans la cuisine. Jo ne comprenait pas, et se demandait ce qu’elle avait bien pu faire ou dire de mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *