C’était la fin – Chapitre 5

– Eh ben voilà, bienvenue dans ma modeste demeure ! Déclara Jo en déposant deux valises dans le salon.

Magalie la remercia encore une fois de l’héberger mais la jeune femme la coupa rapidement. Elle en avait assez d’être remerciée sans arrêts depuis des jours. Alors Magalie se tut.

Elle connaissait par cœur l’appartement de sa meilleure amie pour y avoir passé beaucoup de temps. Elle s’y était toujours sentie très à l’aise. Mais là, en y entrant, elle se sentait comme une étrangère. Parce qu’elle n’était pas une invitée de passage cette fois, elle allait vivre ici. Jo sacrifiait son espace vital, son intimité, sa tranquillité pour elle. Elle n’était pas chiante, loin de là, on disait même qu’elle était plutôt facile à vivre. Mais la colocation était forcément plus contraignante que de vivre seul.

– Ben alors Mag, tu as l’intention de rester plantée dans l’entrée toute la journée ?

– Non. J’étais juste …

– Perdue dans tes pensées ? Je vois ça.

– Euh … je mets où mes affaires ?

– Aucune idée. T’inquiète, on trouvera une place plus tard. Mais je suis désolée, mon armoire est petite, je peux pas te faire de la place dedans.

– Ce n’est pas grave. Tu en fais déjà beaucoup, je ne vais pas en plus te piquer ton armoire.

– Tss, arrêtes de dire n’importe quoi ! Bon, ça te dit une petite partie ? Demanda Jo en prenant les manettes de la console.

Magalie avait passé une journée agréable. Jo avait tout fait pour la détendre, et la jeune femme lui en était reconnaissante. Mais la situation était tout de même particulière. La tentative de suicide de Magalie était bien présente dans leurs esprits. Et Jo la surveillait. Elle ne la lâchait pas d’une semelle, vérifiait qu’elle prenait son traitement, l’observait sans arrêts.

Magalie avait l’impression d’être redevenue une enfant. Mais elle comprenait l’inquiétude de sa meilleure amie. Et puis, elle s’était un peu comportée comme une enfant dernièrement. Lamentable !

Elle s’en voulait d’être aussi faible. Elle faisait une dépression alors qu’elle n’avait aucun problème sérieux. Elle avait les mêmes problèmes normaux que beaucoup de gens, mais elle était incapable de gérer cela comme tout le monde. Elle avait fait un geste lâche et égoïste. Et elle n’était pas foutue de se comporter en adulte.

Et à cause d’elle, sa meilleure amie se faisait du souci, avait posé quelques jours de congés, et devait partager son appartement, et son lit. Car il n’y avait qu’une chambre. Magalie avait dit qu’elle prendrait le canapé, mais Jo avait refusé puisqu’elles avaient l’habitude de dormir ensemble depuis des années lorsque l’une passait la nuit chez l’autre.

Il était presque minuit, et Jo ne dormait pas. Magalie non plus. Cela faisait deux heures qu’elles étaient couchées, et que le silence régnait. Mais aucune des deux ne dormait. Magalie soupira.

– Jo, tu peux dormir ! Je ne ferai pas de bêtises, c’est promis.

Jo se tourna vers elle.

– Et pourquoi tu ne dors pas toi ?

– Trop de choses en tête je suppose.

– Quoi par exemple ?

Magalie réfléchit quelques instants avant de répondre.

– Je suis désolée de te causer autant de soucis.

– Putain Mag, arrêtes de t’excuser, et arrêtes de me remercier à tout bout de champ ! C’est bon maintenant, ça suffit ! S’énerva Jo.

Un long silence s’installa.

– Je ne suis pas fâchée, je précise.

– Je sais. Dit doucement Magalie.

– Tant mieux !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *